Minimes Equipe 3 : plateau à Neuilly sur Seine

Publié le 15 décembre 2015

Une belle journée de rugby !

Encore un plateau avec 5 équipes, dont nos amis de Puteaux. Pour une fois, les gabarits ne nous impressionnaient pas et les adversaires étaient à notre portée.
Arrivée des suresnois au compte goutte dans le vestiaire mythique de Bagatelle, mais avec un bel effectif.
L’après-midi que nous souhaitions victorieuse, va se révéler plus fuyante et glissante comme un ballon humide.
Aucune analyse match par match aujourd’hui, mais plutôt une analyse technico-stratégico-psycho du 7 de Suresnes !

Comportement collectif :
On a toujours du mal à se réveiller et à sortir des chaussons pour enfiler les crampons ! on a fait le plein de … diesel et ce n’est que lorsque le premier match est lancé, que les chevaux s »activent.
Sur l’ensemble de la journée, Martin a distillé quelques piqûres de motivation, car le collectif souffrait de la baisse de régime de certains joueurs.
Sur un plateau, il faut être constant, dans l’envie et la volonté de gagner, sinon le collectif en souffre.

Comportement individuel :
Trop inégal. Des hauts et des bas, des motivés, très et pas. Finalement, quand on fait tourner l’effectif pour que tous aient du temps de jeu, la qualité collective (le tout est la somme de tous) n’est pas la même.

Attaque :
On a vu de belles choses, du jeu axial avec du soutien, du jeu au large avec de belles courses mais on avait un peu perdu l’habitude d’avoir autant de ballons, donc on était perdu devant tant d’opportunités.
Aucune profondeur, pas de « passeur-1er soutien », des raffuts avec le mauvais bras, des surnombres pas exploités, son défenseur pas cadré, des courses rentrantes et que de ballons tombés.
2 actions mémorables : le coup de pied pour l’ailier qui fait un en avant dans l’en-but et le cadrage débordement d’école !

Défense :
Des briques mal posées ne font pas un mur ! la fatigue, la technique de plaquage ou l’investissement individuel ont trop souvent été nos points faibles. On a donné à nos adversaires les espaces pour nous battre.
4 défenseurs au sol pour 1 attaquant c’est un mauvais rendement. En revanche, certains n’ont rien lâché et ont tronçonné tout ce qui était vertical.
Le dernier match est déjà oublié car nous étions « cramé » façon Neuilly sur Seine

Ruck et regroupement (maul) :
Et il est où le photographe ? A choisir entre spectateur sur le pré et spectateur sur la touche, on se demande pourquoi les joueurs hésitaient à mettre la tête, les épaules et les dents.
Le copain est en difficulté et on le regarde façon Polaroid pour voir si la photo est bonne ! En revanche, quand on se décide à y aller, on est debout, on joue à touche pipi et on regarde les autobus nous foncer dessus.
Mais dès que les attitudes et les comportements sont bons, on gratte des ballons sans faire de faute et ça, c’est un grand moment !

Les choix stratégico-technico-rugbystiques :
On a rarement eu autant de ballons à jouer et donc on se retrouve sans automatisme avec un ballon chaud et des taureaux bouillants qui vous foncent dessus.
Difficile de faire les bons choix (jeu au pied, petit côté) mais dès janvier on va faire des gammes et avec nos mobylettes, je pense qu’on a de sérieux atouts !

Conclusion des coachs :
Martin et moi sommes fier de notre équipe. Suresnes a joué au rugby et c’était beau à voir. On commence à voir que certains joueurs trouvent leur place sur le terrain et apporte quelque chose de très positif à l’équipe. On a le sentiment de construire quelque chose avec ces garçons. Vivement le prochain match …

Marc et Martin


Aucune réponse à "Minimes Equipe 3 : plateau à Neuilly sur Seine"


    Un commentaire à faire?