Minimes Equipe 2 : résumé du plateau à Montesson

Publié le 5 avril 2016

Reprise de la compétition en ce samedi à Montesson. Nous sommes opposés aux locaux ainsi qu’a l’équipe de MLSGP (ex-Maisons-Laffitte).

Tout le monde est impatient, les joueurs enfin de se retrouver en configuration « match » et le staff pour évaluer le travail effectué ces dernières semaines, notamment le cycle « jeu pénétrant ».

Nous entamons les festivités contre MLSGP, équipe au jeu conforme au niveau des G2 cette saison, mais qui passe surtout par deux joueurs au gabarit au-dessus du lot, ce qui finalement est aussi la norme, au vu des observations du staff durant la saison.

Force est de constater que les suresnois sont un peu mollassons en ce début de première mi-temps : les plaquages sont hésitants voir inexistants et les combattants guère efficaces. A quelques exceptions près, beaucoup ont peur que ça « pique » dans les rucks et autres situations défensives à un contre un.
Ce constat est également récurrent. Pourtant, les vert et noir, parviennent à marquer un bel essai collectif qui réconforte quelque peu le staff et les rares et fidèles supporters. La mi-temps est sifflée sur le score de 12 à 5 pour MLSGP.

La théorie du diesel se vérifie une fois de plus. Face aux locaux, « Susu » retrouve enfin des couleurs et produit un rugby beaucoup plus cohérent, la machine commence à bien carburer ; les phases de combat sont plus productives et le doute est chassé des têtes. Même si Montesson conserve le ballon, la défense est en place et les vert et noir scorent par deux fois sur des ballons de récupération certes, mais grâce à une belle circulation de la balle dans le jeu déployé et la qualité de nos finisseurs.

la marque est de 14 à 7 en faveur de Suresnes à la mi-temps et cela est le signe d’une meilleure maîtrise et d’un vrai engagement de nos troupes. Le kop suresnois est presque en transe.

La deuxième mi-temps contre MLSGP va quelque peu refroidir l’ambiance. Est-ce la fatigue ? Le peu d’effectif au sein de la ligne d’avant (seulement 7 joueurs au profil d’avant, au départ du bus … merci les copains !) ? Serait-ce les gabarits MLSGPiens qui ce sont accaparés le ballon ? Toujours est-il que nos troupes retombent dans leurs travers. Le score de 22 à 5 n’est finalement pas cher payé.

Le rugby restant un éternel recommencement, le staff est conscient qu’il est nécessaire de remettre les pendules à l’heure. Les consignes sont simples : gagner la bataille des rucks, presser l’adversaire, bref remettre l’intensité nécessaire pour espérer vaincre.

Suresnes restant également un éternel recommencement, les gars comprennent que l’animation offensive a pour base le combat. Rucks, contre-rucks, placages, montées défensives permettent de contenir un adversaire qui voulait à tout prix remporter un de ces deux matchs à domicile. Suresnes va scorer à nouveau par deux fois malgré la détermination des locaux. Les deux essais ont été bien construits et l’adversaire, jusqu’au bout tentera de scorer, ce qu’il parviendra à faire une fois.
Score final 26 à 14

MLSGP remportera le plateau à l’issue d’un match engagé et serré face à Montesson par 20 à 7. La victoire de Susu face à ces derniers n’en prend que plus de relief.

Au premier plan des déceptions, on aura surtout les défaillances dans le combat face à MLSGP et ces deux gabarits. Ensuite, un jeu au pied que les observateurs présents ont qualifié avec indulgence de farfelu, mais que nous oserons qualifier d’irréel.
L’intermittence dans le combat n’est pas compatible avec la performance, à méditer.
Autre déception, les absences trop tardives de certains, comment palier à cela à la dernière heure ? La première exigence du rugby est la vie de groupe.

Ainsi, on ne peut pas faire de bilan objectif sans signaler que seuls sept avants de métier pouvaient être alignés : point de coaching possible et le staff a intégré que quelques coups de pompe (pas d’allusions à une autre époque ici de ma part) étaient finalement inévitables.

Au rang des satisfactions, la capacité de réaction du groupe. C’est bien de surmonter la fatigue et d’avoir de la fierté, mais l’idéal est de s’installer dans la régularité.
Ensuite, il semble que le travail de vitesse entrepris depuis plusieurs semaines porte ses fruits ; à maintes reprises Susu a mis le feu dans la défense et a marqué presque systématiquement en déployé.

Nous finirons donc par un paradoxe : après avoir travaillé le jeu axial depuis les vacances de février, nos troupes ont cherché et trouvé, les solutions dans le jeu déployé. Était-ce la conséquence d’une certaine infériorité dans les gabarits qui nous dissuadait de tenter les duels ?
Les techniciens les plus sages savent que le jeu appartient au joueurs.
Peut-être qu’après le cycle jeu déployé que nous allons aborder, verrons-nous du jeu axial ?
Enfin, un coup de chapeau à Paul Dos Santos Uzarralde, qui non seulement a accepté de suppléer les avants absents, mais aussi a fait preuve d’une remarquable abnégation au combat et d’un art consommé du placage.

Le staff.

Nous n’oublierons pas l’arrivée à l’heure de tous les joueurs, y compris Illies. Ce dernier a même marqué un essai.

Photos du plateau de Montesson

Crédit photo : Isabelle Amon


Aucune réponse à "Minimes Equipe 2 : résumé du plateau à Montesson"


    Un commentaire à faire?